Chargement en cours
Ma sélection

Lot 30 - REMBRANDT BUGATTI (1884-1916) - LOUP D'ÉGYPTE COUCHÉ, 1905 - Bronze de patine [...]

Estimation : 150 000 € / 200 000 €

REMBRANDT BUGATTI (1884-1916)
LOUP D'ÉGYPTE COUCHÉ, 1905
Bronze de patine brune contrastée
Signé 'R Bugatti', situé 'Paris' et daté '1905'
Cachet de fondeur 'Cire/perdue/A.A. Hebrard'
Socle d'origine en marbre
Bronze with brown patina; signed 'R Bugatti', located 'Paris' and dated '1905' with foundry mark 'Cire/perdue/A.A. Hebrard'; original marble base
LONG. 70 CM • 27 1/2 IN.
HAUT. 22 CM • 8 5/8 IN.
LARG. 19,5 CM • 7 5/8 IN.


Un certificat de Madame Véronique Fromanger, en date du 23 mars 2021, sera remis à l'acquéreur.
PROVENANCE
Paris, Galerie A.A. Hébrard.
Collection particulière, France.
BIBLIOGRAPHIE
Jacques-Chalom Des Cordes et Véronique Fromanger, Rembrandt Bugatti, Catalogue raisonné, Les éditions de l'amateur, Paris : 1987, p. 38 (un exemplaire en pierre, intitulé Chien "Spitz" couché, reproduit en noir et blanc).
Véronique Fromanger, Rembrandt Bugatti, Sculpteur, Répertoire monographique, Une trajectoire foudroyante, Les éditions de l'amateur, Paris : 2009, n° 97, p. 269 (un autre exemplaire décrit et reproduit en couleurs).
Véronique Fromanger, Rembrandt Bugatti, Sculpteur, Répertoire monographique, Une trajectoire foudroyante, Les éditions de l'amateur, Paris : 2016, n° 102, p. 289 (un autre exemplaire décrit et reproduit en couleurs).
EXPOSITIONS
Paris, Salon d'Automne, Collection A.-A. Hébrard, 1906 (un exemplaire en marbre ou en pierre).
Bruxelles, Salon de Printemps-La Libre Esthétique, 1907 (un autre exemplaire en bronze).
Paris, Galerie A. Grubicy, Salon des peintres divisionnistes italiens, 1907 (un exemplaire en marbre ou en pierre).
Paris, Galerie Charles Bailly, Les Bugatti d'Alain Delon, 1988 (un autre exemplaire en bronze).
Berlin, Alte Nationalgalerie, Rembrandt Bugatti, Der Bildhauer, 1884-1916, mars-juillet 2014 (un autre exemplaire en bronze).
"Voici un vrai jeune - je crois qu'il n'a pas vingt-trois ans - qui me paraît doué de la plus rare originalité. Il porte un prénom redoutable et singulier, et son nom italien n'inspirerait qu'à demi-confiance à ceux qui savent, hélas ! ce qu'est l'école actuelle de statuaire italienne ; déplorable et perpétuel démarquage, artifice et assimilation. Sauf Medardo Rosso, il n'est guère de sculpteurs intéressants, au pays de Donatello et d'Andrea Verrocchio. L'animalier Bugatti est un chercheur opiniâtre. Il passe ses matinées au Muséum ; la lourdeur difforme du 'zébu de Madagascar', la sveltesse du 'loup d'Égypte', la musculature souple et formidable des fauves, voilà l'objet de son analyse opiniâtre et passionnée. On sent, à contempler ses groupes de cerfs blancs, ses éléphants - dont il excelle à rendre le regard spirituel - que tout est fait 'sur nature' et point de chic, à l'atelier. Ce sont là des bêtes vivantes - du J.-J. Grandville sculpté - et non des bêtes stylisées. Le rendu est très personnel, nullement inspiré de Frémiet ou de Gardet ; les animaux étudiés ne sont pas figés en poses noblement convenues et traditionnelles, en 'cheval de Buffon' ou en 'lion assyrien' ; ils sont croqués en pleine course, grondant, jouant ou dormant, toujours bien en vie. Ce n'est point d'un art appliqué, tendu, minutieux et sage, c'est au contraire d'une fougue juvénile ; ce sont de justes et expressives statuettes qui ont la grâce d'une ébauche et le fini de l'œuvre. Ces bronzes à la cire perdue sont exposés chez un des plus remarquables fondeurs d'aujourd'hui, M. A.-A. Hébrard, en sa claire galerie 8 rue Royale. M. Hébrard ne se contente pas d'apporter aux sculpteurs contemporains l'efficace appui de sa collaboration d'artiste ; il sait encore recommander en termes excellents leur œuvre au public. C'est lui qui a rédigé la préface du catalogue de M. Bugatti et j'en extrais les lignes suivantes : 'Cette harde de cerfs n'évoquerait-elle pas la lisière du grand bois, le matin humide, la fine buée chaude et odorante que dégagent ces bêtes ? Cette lionne qui tient entre ses crocs un quartier de mouton, et qui, de sa griffe puissante, pousse le boulet de fer qu'on a mis dans sa cage pour l'amuser, ne l'avez-vous pas vue au Muséum, et ne retrouvez-vous pas ici les gestes un peu effrayants, harmonieux et fiers des fauves qui ont connu la liberté ?' On ne saurait plus heureusement qualifier l'effort du jeune statuaire impressionniste."
Louis Vauxcelles, "Exposition Rembrandt Bugatti", in Gil Blas, n° 9035, 3 juillet 1904.
"Here is a truly young man - I believe he is not yet twenty-three - who seems to me to be endowed with an originality of the rarest kind. He has an impressive and singular first name, and his Italian family name would only half inspire confidence in those who are aware, alas, of the current state of Italian statuary : endless, deplorable imitations, artifice, and assimilation. Save for Medardo Rosso, there are no sculptors of interest to be found in the country of Donatello and Andrea Verrocchio. The animalier sculptor Bugatti is a persistent seeker. He spends his mornings at the museum; the shapeless weight of the 'Madagascar zebu', the svelte 'Egyptian wolf', the impressive, supple musculature of the big cats -these are the subjects of his persistent, passionate study. Contemplating his groups of white deer, his elephants - whose spiritual gaze he renders masterfully - one feels that everything is done 'in nature', rather than in a studio. These animals are alive - pure J.J. Grandville in sculpted form - not stylized. The result is very personal, not a whit inspired by Frémiet or Gardet. The studies do not depict animals frozen in nobly conventional and traditional poses, such as that of 'Buffon's horse', or the 'Assyrian lion'; they are depicted running at full tilt, growling, playing, or sleeping, and always very much alive. This is by no means applied, terse, minute, conformist art; to the contrary, it is full of youthful ardor. These are accurate, expressive statuettes with the grace of a study and the completeness of a work. These bronze lost-wax sculptures are being displayed by one of the most remarkable art gallery and founders operating today, Mr. A.A. Hébrard, in his light-filled gallery at 8 rue Royale. Mr. Hébrard is not content to only offer contemporary sculptors effective support through his artistic collaboration; he also knows how to recommend their work to the public in glowing terms. He wrote the preface to Mr. Bugatti's catalog, from which I have taken the following lines : 'Does this herd of deer not evoke the edge of the great woods, the dampness of morning, the fine mist, hot and fragrant, that rises from these animals? This lioness gripping a lamb's quarters in her jaws, and who, with her powerful claws, pushes about the iron cannonball that was put in her cage to entertain her, have you not seen her at the Muséum, and do you not recognize here the somewhat frightening, balanced, and proud movements of the big cats that have known freedom?' There could be no better praise for the young Impressionist sculptor’s work ."
Louis Vauxcelles, "Exposition Rembrandt Bugatti", in Gil Blas, n° 9035, 3 July 1904.

Demander plus d'information