Chargement en cours
Ma sélection

Lot 72 - CAMILLE BOMBOIS (1883-1970) - LE PARC DE BADEN-BADEN - Huile sur toile - Signée [...]

Estimation : 40 000 € / 60 000 €

résultat non communiqué

CAMILLE BOMBOIS (1883-1970)
LE PARC DE BADEN-BADEN
Huile sur toile
Signée en bas à gauche
Titrée sur le châssis
Oil on canvas; signed lower left; titled on the stretcher
81,5 X 100 CM • 32 1/8 X 39 3/8 IN.


PROVENANCE
Collection Osier, Pontchartrain.
Vente, Tajan, Paris, Espace Tajan, 23 juin 2014, lot 98.
Acquis au cours de cette vente par l'actuel propriétaire.
Collection particulière, Canada.
EXPOSITIONS
Paris, Galerie Charpentier, Primitifs d'aujourd'hui, 1964, n° 31.
Tokyo, Seibu Gallery, Rousseau et le monde des naïfs, 3-28 septembre 1966.
"Bombois peint les tranches de sa vie, son art n’est pas intimiste ; des peintres naïfs, c’est celui qui était tout indiqué pour peintre le Déjeuner sur l’herbe du XXe siècle. Il construit sa toile comme on construirait une maison ; vigoureusement. Les volumes peints se détachent sur un fond, les contours sont soulignés. La morosité la plus tenace se désamorce devant la vision des formes opulentes de Camille Bombois. [...] Dans l’immense galerie des Naïfs où il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus, Bombois se situe, avec Séraphine, Vivin et Bauchant, parmi les princes, le roi-soleil étant naturellement le Douanier Rousseau. Bombois a réussi sa vie et son œuvre. Sa peinture est pétrie de qualité et de plénitude.
Dina Vierny, Camille Bombois, cat. expo., Paris, Galerie Dina Vierny, mai 1981, s. é., Paris : 1981, n. p.
"Soixante-dix-sept 'naïfs' se pressent en rangs serrés sur les cimaises de Charpentier. Le moment est bien choisi puisque, comme chacun sait, les peintres abstraits mordent depuis quelque temps la poussière. Et d'ailleurs le Musée d'art moderne ne s'apprête-t-il pas à fêter, lui aussi, dans quelques jours, ces peintres spontanés que les encouragements d'un Wilhelm Uhde à une Séraphine de Senlis, à un Vivin, à un Bombois, il y a pas mal de lustres, ont fait proliférer ? […] La présentation est philatélique : les murs sont tapissés de vignettes où chacun exprime sa vision plus ou moins candide du monde, le plus souvent un paysage ou des fleurs : manèges de foire (et alors la retombée en enfance est totale), cathédrales et châteaux forts, petits chemins de fer, survols à la manière persane, bouquets des champs. Les aînés forment l'épine dorsale et le meilleur du propos : Camille Bombois, l'ancien champion de lutte ; Dechelette, le compagnon plâtrier ; Eve, l'employé d'octroi (comme le grand Rousseau) ; Lefranc, qui fut quincaillier, ou le postier Rimbert, dont on a eu raison s'accrocher en bonne place l'ascension du Douanier Rousseau vers la gloire."
Michel Conil Lacoste, "Primitifs d’aujourd’hui", in Le Monde, 16 juin 1964.
"Bombois paints slices of his life, his art is not personal; of the naïve artists, he was the ideal choice to paint a Déjeuner sur l’herbe for the twentieth century. He constructs his painting as one would construct a house - robustly. The painted three-dimensional forms stand out from the background and the contours are emphasized. Even the most tenacious gloom dissolves before Camille Bombois’s opulent forms. [...] In the immense court of the naïve artists, to which many are called but few are chosen, Bombois, along with Séraphine, Vivin, and Bauchant, is among the princes, with Henri Rousseau ruling as the Sun King himself, naturally. Bombois was successful in life and in painting. His art is forged of quality and abundance."
Dina Vierny, Camille Bombois,exhib. catal., Paris, Galerie Dina Vierny, May 1981,
Paris: 1981.
"Seventy-seven 'naïves' are squeezed into tight rows on the walls of Charpentier's gallery. The timing is right because, as everyone knows, the abstract painters have been foundering for some time. And besides, isn’t the Musée d'Art Moderne also preparing to celebrate, several days from now, these unschooled painters, who proliferated ages ago when a certain Wilhelm Uhde championed artists like Séraphine de Senlis, Vivin, and Bombois? […] The presentation resembles a stamp collection: the walls are covered in vignettes in which the artists express their more or less candid visions of the world, most often a landscape or flowers: fairgrounds (a complete return to childhood), cathedrals and fortified castles, small railroads, panoramas, bouquets of wildflowers. The older painters form the backbone and the best of the show: Camille Bombois, the former wrestling champion; Dechelette, the journeyman plasterer; Eve, the customs officer (like the great Rousseau); Lefranc, who was an ironsmith; and the postal worker Rimbert; the gallery made a fine choice in hanging Rousseau’s ascent to glory in a prominent position."
Michel Conil Lacoste, "Primitifs d’aujourd’hui", in Le Monde, 16 June 1964.

Demander plus d'information