Chargement en cours
Ma sélection

Lot 42 - ATTRIBUÉ À MIGUEL ALCAÑIZ (Documenté de 1408 à 1447 à Valence, Barcelone et [...]

Estimation : 15 000 € / 20 000 €

ATTRIBUÉ À MIGUEL ALCAÑIZ (Documenté de 1408 à 1447 à Valence, Barcelone et Majorque)
Le Martyr de saint Vincent
Elément supérieur de retable. Peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de pin, trois planches, non parqueté
Cadre gothique en bois doré et sculpté d’origine
Numéro rouge au revers : 24078
Dimensions hors-tout : 100 x 87 cm
Dimensions scène historiée : 69 x 73 cm
Attr. to M. Alcaniz, The martyr of St. Vincent, Upper element of altarpiece. Egg paint and gold background on pine panel, three planks, non-craddled, a red number on the reverse: 24078, in the original gothic carved and gilt-wood frame
69 x 73 cm - 27,2 x 28,7 in.


PROVENANCE
Collection Tiocca, Paris en 1938 ;
Laraby collection personnelle (selon une étiquette sur le haut du cadre).
BIBLIOGRAPHIE
A.L. Mayer, «Some unknown spanish primitives», Apollo, 1938, Vol. 28, n°164, p. 86, repr.
Alors qu’il se trouvait à Paris dans la collection Tiocca, ce panneau a été publié pour la première fois par A. Mayer en 1938. Il a fait partie d’un retable démembré dédié à saint Vincent, dont deux autres panneaux ont été publiés : Saint Vincent sur le gril (Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud, inv.3659 - ill. 1) et la Mort de saint Vincent (Barcelone, Museu d’Art Nacional de Catalunya - ill. 2)1. À Valence, où saint Vincent fut martyrisé sous Dioclétien en 304, l’époque gothique a vu la création de nombreux retables consacrés aux scènes de la vie et du martyre de ce saint, dont les épisodes suivirent le récit de Prudence ou de saint Augustin2. La structure du cadre de notre panneau fortement élaborée, correspond à l’architecture des grands retables valenciens du début du XVe siècle. L’important complexe de la compagnie du Centenar de la Ploma, dédié à saint Georges (Londres Victoria and Albert Museum) exécuté par Marçal de Sas et Miguel Alcañiz pour la confrérie des arbalétriers de Valence est un exemple majeur ainsi que celui de la Sainte Croix également de Michel Alcañiz (Valence, Musée des Beaux-Arts)3. À l’image de ces exemples, en raison de la présence des fleurons et des colonnettes latérales du cadre, notre panneau devait être situé au sommet de l’une des «calles» ou rangées latérales du retable, au-dessus des deux autres panneaux actuellement connus.
En présence d’un petit groupe de personnages dont un maure, Dacien ordonne, la main levée, l’exécution du martyr du saint, dénudé, attaché sur une croix de saint André qui tend son regard vers la main de Dieu apparaissant dans le haut du tableau. Deux bourreaux lacèrent son corps ensanglanté sous l’œil indifférent des soldats. L’artiste se montre ici en véritable conteur et observateur, animant cette scène tragique d’éléments naturalistes pris sur le vif, comme la présence du maure ou celle de personnages curieux dont on ne perçoit que les visages à demi cachés dans le groupe d’assistants à droite, tout en insistant sur le caractère expressionniste des bourreaux, trait hérité du germanique Marçal de Sax. Il tempère la brusquerie de la scène en prêtant une expression de douleur contenue au saint qui s’abandonne à la main Dieu. L’exécution demeure délicate lorsque l’artiste décrit les visages de Dacien et de son entourage ainsi que les draperies modulées par la lumière et la couleur brillante. En revanche le dessin plus raide du corps et du visage du saint, dont le modelé demeure plus simple, trahit sans doute l’intervention de l’atelier, intervention que la critique a également reconnue dans les deux autres panneaux de cet ensemble réalisé sans doute peu de temps après l’arrivée d’Alcañiz à Valence en 1408.
1. cf. V. Gerard Powell, C. Ressort, Musée du Louvre, Écoles espagnole et portugaise, Catalogue RMN, 2002, p.346 avec bibliographie antérieure.
2. cf. L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris 1959, Vol. III, 3, p. 1324
3. Cf. J. I. Pitarch, «Retablo de la Santa Cruz», Museu de Belles Artes, recuperada del trimestre, Avril 1998, n°3

Demander plus d'information