Chargement en cours
Ma sélection

Lot 62 - École FRANÇAISE vers 1820 - La générosité des dames romaines - Toile, esquisse [...]

Estimation : 2 000 € / 3 000 €

Adjugé à 4 550 €


Résultat avec frais

École FRANÇAISE vers 1820
La générosité des dames romaines
Toile, esquisse
Dans un cadre Empire à palmettes
French school circa 1820, the generosity of Roman women, canvas, sketch, in a 1st French Empire palmettes frame.
35 x 58 cm - 13 3/4 X 22 13/16 IN.

Marcus Furius Camillus, dit Camille, nommé tribun militaire puis dictateur, met fin, en 396 av.J.-C., au siège de la ville étrusque de Véiès, rivale de Rome, qui durait depuis dix ans. Ayant fait le vœu, en cas de victoire, d'offrir à Apollon un dixième de l'énorme butin, il oublie sa promesse, provoquant ainsi, d'après les devins, la colère des dieux. Les soldats doivent alors rapporter le dixième de leur part et avec cette somme les tribuns décident d'offrir une coupe d'or pour le temple d'Apollon à Delphes. L'or étant alors très rare, ce sont les dames romaines qui se séparent de leurs bijoux afin qu'ils soient fondus. Leur générosité sera récompensée par le Sénat : elles auront en effet droit à un éloge funèbre, contrairement à l'usage.
Le sujet de ce tableau, tiré de Plutarque (Vie de Camille, chapitre X) et de l'Histoire romaine de Rollin, a été illustré par Nicolas-Guy Brenet (musée de Quimper) et Louis Gauffier (musée de Poitiers).
Selon Grunchec, ce sujet était celui du premier essai au concours de 1820 : "dames romaines offrant leurs bijoux" (). L'artiste Romain Quinsac Monvoisin y participait parmi d'autres : la longilignité de ses figures n'est pas sans rappeler notre esquisse.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes